Le ministère de la Cohésion des territoires annonce que l'entrée en vigueur du diagnostic de performance énergétique opposable est décalée de janvier 2021 à, au plus tard, juillet 2021. 

 

Avec l’impact de la situation sanitaire, le calendrier de la réforme du DPE et notamment l’échéance du 1er janvier 2021 devenaient chaque jour plus difficile à tenir. C'est donc sans surprise que Julien Denormandie, Ministre de la Ville et du Logement, a annoncé jeudi que l'entrée en vigueur de l’opposabilité du DPE sera décalée de janvier 2021 à juillet 2021, « au plus tard, et si nous le pouvons avant nous le ferons » a-t-il tenu à préciser.  
 
François Adam, Directeur de la DHUP, a précisé pour sa part que la publication des décrets et arrêtés ainsi que la mise à jour des logiciels par les éditeurs sont reportées à septembre, tandis que la formation des diagnostiqueurs s'organisera à partir du 1er janvier 2020.
 
Une mesure de bon sens qui devrait permettre  aux dernières concertations de se dérouler plus sereinement et, surtout, de ne pas contraindre les diagnostiqueurs à devoir se former sur le nouvel outil dès septembre, à une période où leur trésorerie pourrait encore être fortement impactée par la crise économique. 
 
La RE2020 également repoussée
 
Dans un tweet, Anne-Lise Deloron, Coordinatrice de la rénovation énergétique des bâtiments, a indiqué qu'en ce qui concerne cette réforme du DPE, « la concertation et les consultations sont loin d'être terminées ». 
 
Le calendrier d’élaboration et de mise en œuvre de la RE2020 est lui-aussi « ajusté » pour tenir compte de l’impact de la situation sanitaire : les concertations se poursuivront pendant l’été « pour permettre à tous les acteurs concernés d’y prendre part » ; la publication des textes réglementaires (décrets et arrêté) interviendra fin 2020 ou au plus tard au tout début de l’année 2021 ; enfin, la nouvelle réglementation entrera en vigueur à l’été 2021.



Retour à la page précédente